lutter pour la justesse
14 septembre 2017

Ça fait longtemps que je ne t’ai pas envoyé de note. Les mots ne venaient pas et lorsqu’ils s’invitaient, ils ne portaient aucun sens. Je tente de ne pas te jouer de la musique disso­nante, car cela ne me semble pas juste d’ajouter au bruit des écueils ; pas après ce que nous avons traversé et pas avant ce qu’il nous reste à explorer.

J’avoue m’être également abstenu, car j’ai parfois manqué de t’entendre en réponse à mes missives. Sans écho, il est difficile de comprendre la portée de sa voix et à force de monologue, le doute et le silence s’installent.

L’idée commu­nément induite de la justesse prônerait une forme d’équité univer­selle. Celle que je te propose a vocation d’être bien moins utopique — presque simpliste : l’échange, la quête d’harmonie, la lutte pour les équilibres et l’acquiescement des fragi­lités qui font de nous ces êtres parfai­tement impar­faits.

Montrer son cœur c’est peut-être exprimer la part de justesse qui bat en nous. Peu m’importe de gagner le tien, je souhaite très humblement le fréquenter.

— Un ami qui te voit du bien