L’un est seul
11 juin 2019

L’un de nous deux est seul. Il croit ne valoir rien, se convainc de ne jamais faire assez bien ; il se débat pour faire bonne guerre, mais ne consent à tenir le rang. Il a plus que du talent, il plaît, ça s’entend, reçoit compli­ments et cependant…

L’un de nous deux esseule. Il affirme décider, contrôler le cœur des Hommes. Il tourne pages, fruits de ses rages, se console et étreint, émet des ondes qui ne donnent rien. Il s’entête à ce que politesse soit faciès de sa haine et n’écoute que son écho qui élit ceux qui l’aiment. L’un de nous deux hait seul.

L’un de nous deux se ment. Il pense voir le bien en érigeant son demain — seul. Il lutte vers sa chute ; tance, se panse ; n’aime qu’en retrait de sa beauté dévoilée. Il ne se rend pas compte, rêve d’hiers qui s’effacent et se joue mille fois par an, pendant que l’un de nous deux a tant…

L’un de nous deux ne voit pas qu’on est deux.

— Un ami qui te voit seulement du bien